Spectacles sur-mesure

Contes en stock

Je tiens à disposition un stock d’histoires tous-terrains, amphibies, ignifugées et entraînées ; elles sont prêtes à tout.

Elles sont modulables selon vos attentes, combinables selon vos désirs. Il n’y a qu’à demander !

 Contes normands: sur place ou à emporter?

Tout est envisageable avec ces histoires « d’cheu » nous ! Plusieurs formules sont possibles. Sur demande pour des groupes constitués (fête de famille, anniversaire, envie soudaine…) je vous emmène sur les chemins de forêt et du bord de Seine autour de Caudebec-en-Caux, au coeur du pays de Caux, en Seine-Maritime. Entre deux étapes de marche, à la faveur d’un petit coin de chemin qui s’y prête bien, je vous propose des histoires normandes pur beurre, pour petites ou grandes oreilles selon les participants. Selon vos envies, je prépare un itinéraire à votre convenance en termes de durée et de difficulté.

Possibilité de rando-contée pédestre où en VTT (VTT non fournis).
Durée minimale de la rando contée : 1 heure et demie.

Visite, balade, banquet, musée

Un lieu magique à animer, un banquet à ouvrir ou à clore, un musée à faire parler, l’histoire d’une vie à transmettre, une usine à revisiter … Mettez les moments et les lieux en histoire(s). Je vous propose une création sur mesure en fonction de vos attentes. Plusieurs formules sont envisageables ; déambulation, spectacle, balade. N’hésitez pas à me contacter.

La fabuleuse histoire du SAMSAH

Le SAMSAH, service d’accompagnement médico-social aux adultes handicapés, est une association implantée sur Rouen, Yvetot et Elbeuf. A l’occasion de ses 10 ans, le SAMSAH a fait appel à moi afin de raconter son histoire lors de l’AG du 21 mai 2019 qui s’est tenue à l’hôpital Charles Nicolle à Rouen.

Lire la suite

A commencé un travail passionnant de collecte. A quatre reprises, pendant plusieurs heures, j’ai rencontré Cloé, Jérôme, Mathilde et Christine, tous salariés du SAMSAH depuis sa création.

Chacun m’a raconté son parcours, son arrivée, son évolution, ses doutes et ses joies au sein de l’association.

Chacun m’a raconté une rencontre avec un bénéficiaire ou un usager selon les deux termes généralement utilisés.

Une rencontre particulière, un souvenir particulièrement fort et précieux. Ce qu’ils m’ont livré tous les quatre était de l’ordre du diamant brut ; des histoires extraordinaires, romanesques, touchantes, drôles aussi.

Et j’ai commencé à polir tout cela, de rencontre en rencontre. Au fur et à mesure de nos échanges, il me semblait les connaître de mieux en mieux, ceux dont on me parlait : Monsieur Stéphane, Dominique, Marie-Claire, Benoît, France-Anne et Michaël.

La première chose que j’ai voulu transformer avant même de rentrer dans le récit, c’était les mots « usager » ou « bénéficiaire », si dépourvus d’âme, si peu en accord avec les histoires que j’allais devoir porter. Je les donc imaginés autrement, en elfes, ogres, sorcières flamboyantes, lutins, meneurs de loups. je les ai posés en héritiers de ces êtres forts et fragiles que l’on tolérait fut un temps en marge de notre monde à une époque où on avait le droit de marcher à reculons et de faire un pas de côté.

Extrait du site du Samsah :

Nous sommes passés ensuite aux festivités avec l’anniversaire des 10 ans du SAMSAH narrés sous forme de conte par Marceline Putnai. Nous étions tous sous le charme de cette merveilleuse histoire enchanté d’Elfes, d’Ogres, de Lutins ou de dresseurs de loup. Les Samsamis ont été mis à l’honneur dans cette épopée fantasque.

Es war einmal

Parce que Mille Fourrures n’est pas tout à fait Allerleirauh, parce que Frau Holle n’est pas complètement dame hiver, parce que « es war einmal » n’est pas exactement « il était une fois… ». Un progamme de contes en deux langues part de deux constatations aussi stupéfiantes que contradictoires – et ceci étant dit avec un bel aplomb et sans aucun appui scientifique.

On n’a pas besoin de la langue pour comprendre un conte, on ne dit jamais, jamais la même chose quand on le dit dans deux langues différentes. C’est sur ce léger, parfois imperceptible décalage que tout se joue, le non-dit, le sous-entendu. On n’est pas le même dans une autre langue, c’est comme si on changeait d’habit.

Lecture à voix haute

« Le temps d’un spectacle intitulé Des nouvelles d’Yvetot, ces lettres ont été lues à voix haute par Marceline Putnaï et trois bibliothécaires de la médiathèque Guy de Maupassant : Brigitte, Lydie et Chantal. L’accordéon de Frédéric Baldo, professeur au conservatoire, assurait l’animation musicale et la jeune Noémie, du lycée Raymond Queneau, chantait l’air allemand Bientôt je serai mort. »

Festival Seine Lectures >

Mots dits, mots lus

Lecture : « On ne badine pas avec l’humour… »

Marc Twain (1835-1910) ouvre la voie de l’absurde avec ses contes et mécontes. Il est suivi du Hongrois Frigyes Karinthy (1887 – 1938) témoin d’une Mitteleuropa chancelante qui sombre dans le chaos. Mais la drôlerie domine ses textes courts et ciselés, incisifs et sans concession. Slawomir Mrozek le Polonais (1929-2013) plonge sa plume dans l’absurdité de l’histoire et se livre à une critique féroce des petites et des grandes faiblesses humaines. L’Italien Ermanno Cavazzoni (1947-) ferme le bal avec ces idiots aussi touchants que désespérants.

Ce programme est né de l’envie de partager et de faire découvrir ces pépites de lecture. Ces textes sont des instants de bonheur absolu, de jubilation, de ces petits feux de Bengale qui font pétarader les méninges et swinguer les zygomatiques. Ils sont hors du temps, universels parce qu’ils nous parlent un peu de l’autre, beaucoup de nous. Un miroir pas toujours tendre mais rire de soi est un pli à prendre !

Ces textes, je les ai lus et relus, mis de côté et recopiés sur des cahiers. Ils étaient là, ces textes, ils attendaient leur heure. Elle est arrivée… J’espère que ces morceaux choisis sauront aiguiser votre appétit !

ut eleifend eget risus. leo. efficitur. dolor. ante.
X